5 MYTHES sur l’entreprise et les entrepreneurs

Table des matières

Nous avons tous déjà entendu des tas de bêtises concernant les entrepreuneurs et la création d’entreprise. Vous savez les phrases du style « les patrons s’engraissent sur le dos de leurs salariés ! ». Nous allons voir dans ces quelques exemples que ces mythes ne sont pas du tout fondé et qu’en tant que chef d’entreprise ou futur chef d’entreprise, vous devez lutter contre ces clichés qui sont souvent véhiculés par les médias et quelques groupes de personnes qui ont tout à gagner en mettant les salariés et les patrons les uns contre les autres. D’autres mythes un peu moins graves doivent quand même être éclaircies pour le bien de tous, et nous allons voir cela ensemble.

Cet article est un court extrait de notre guide « Créer un business qui cartonne en 15 jours« , que vous pouvez découvrir ici.

 

Mythe 1. Il n’y a que l’argent qui intéresse les chefs d’entreprises

« Les chefs d’entreprises ne sont intéressés que par l’argent »… Créer son entreprise est en effet une solution pour s’enrichir, mais non seulement le chef d’entreprise ne gagnera pas beaucoup d’argent au début, mais en plus de ça s’il reste à la tête de l’entreprise c’est qu’il a d’autres motivations que l’argent. En effet imaginons que je sois uniquement attiré par l’argent et que je décide de créer mon entreprise, il est bien évident que je ne vais pas rester chef d’entreprise mais que je vais laisser la direction à une autre personne pendant que je pourrais profiter de mon argent en restant associé (EURL ou SARL), ou actionnaire (SA ou SAS) et en touchant mes dividendes. En entreprise individuelle (EI ou EIRL) c’est plus compliqué pour se faire remplacer par un gérant puisque le chef d’entreprise et l’entreprise ne font qu’un (personne physique), contrairement aux différents statuts de sociétés (personnes morales).

 

Mythe 2. Il faut avoir fait de grandes études pour créer son entreprise

« Pour créer une entreprise il faut avoir fait polytechnique ou science po, au choix » ! La plupart des chefs d’entreprises que je connaisse sont comme moi : ils n’ont qu’un bac ou un autre diplôme, et n’ont pas fait d’école supérieure ou d’université. Je me rassure en me disant qu’un certain Xavier Niel (fondateur de Free) n’a qu’un bac lui aussi, et que Steve Jobs (co-fondateur d’Apple, une petite société américaine) n’avait pas de diplôme supérieur non plus, ce qui avait fait sourire les étudiants de Standford lors de son célèbre discours de remise des diplômes. Quelques autres patrons comme François Pinault (3ème fortune de France), Martin Bouygues ou encore Bill Gates n’ont pas de diplôme, donc ne pensez pas que c’est un défaut ! Pour certains, ne pas avoir de diplôme est même une qualité ! En effet les écoles nous apprennent à penser comme ils veulent nous faire penser. En n’ayant pas été lobotomisé par les écoles, vous pouvez partir avec une certaine liberté intellectuelle.

 

Mythe 3. Il faut prendre de gros risques pour réussir dans l’entrepreunariat

« Les gros patrons ont tous hypothéqué leur maison pour réussir » ! Cette notion n’est pas totalement fausse, mais pas vraie non plus. Je m’explique, je pense qu’avoir le couteau sous la gorge peut nous permettre de nous dépasser, d’avoir plus envie de réussir. Si mes parents m’avaient offert un appartement à mes 18 ans avec suffisamment d’argent pour faire de grandes études, je n’aurais peut-être pas créé mon entreprise, malgré que j’aie toujours eu l’envie de créer ma propre entreprise. Quand j’ai eu 18 ans, la crise commençait, j’ai passé mon bac et cherché du travail en vain dans la foulée. J’ai compris que je devais créer non pas mon emploi, mais ma source de revenu. Donc j’avais en quelque sorte le couteau sous la gorge, mais je n’ai pas pris de risque au final. Pour réussir je pense qu’il faut se créer une pression positive, mais il faut éviter de prendre trop de risques, et de vraiment perdre le contrôle de la situation.

 

Mythe 4. Il faut beaucoup d’argent pour créer son entreprise

« Créer une société, ça coûte des milliers d’euros » ! Peu importe l’activité que vous souhaitez faire, vous pouvez très bien démarrer sans débourser des milliers d’euros. Si vous créez une entreprise individuelle vous n’avez même pas besoin de capital, et les frais de création sont de moins de deux cents euros. En créant une société vous aurez un peu plus de frais mais vous pouvez très bien débuter une société avec moins de mille euros. Concernant les locaux si vous ouvrez un bar c’est certain que vous ne pourrez pas l’ouvrir dans votre appartement au quatrième étage, mais la plupart des activités ne nécessite pas de locaux. De même, évitez de recruter tant que vous pouvez gérer l’activité vous-même et surtout tant que vous ne pouvez pas vous prendre de salaire confortable. Pensez qu’un salaire net est multiplié par deux quand on compte les charges, donc quand un salarié se plaint de son salaire à 1500 euros, il doit savoir qu’il « coûte » environ 3000 euros à l’entreprise.

 

Mythe 5. Il faut tout prévoir pour être un bon chef d’entreprise

« Quand on lance son entreprise, il faut tout prévoir et tout calculer ». Alors… ce mythe est à la fois vrai et faux (oui je suis normand j’aime ce genre de réponse). Bon pour détailler un peu, il est vrai que le créateur d’entreprise doit prévoir pas mal de scénarii différents. Par exemple, si vous créez une entreprise avec votre meilleur ami, vous devez prévoir les éventuelles (les obligatoires) mésententes. Vous devez par exemple prévoir que tous les mardis matin vous vous réunirez pour boire un café et discuter de votre entreprise et des différents points de discorde. Mais vous devez également prévoir certains éléments financiers ou juridique par exemple. A contrario vous n’êtes pas voyant et vous ne pouvez pas tout envisager. Dans le cas où une situation contrariante arriverait sans que vous l’ayez prévue, soyez réactif et faites ce que vous jugez bon de faire, et n’hésitez pas à demander conseil autour de vous, être chef ce n’est pas avoir réponse à tout !

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A