🚀 5 choses ESSENTIELLES à savoir sur vos clients

Table des matières

Avant de lancer un produit, il faut déterminer sa cible. Et pour déterminer sa cible, il est bon de connaître ses clients, ou plutôt son client type. En « créant » un client type et en le visualisant lorsque vous parlez ou lorsque vous écrivez, vous toucherez juste puisqu’il se sentira d’avantage concerné lorsqu’il vous entendra ou lorsqu’il vous lira. Nous allons donc voir ensemble les choses à savoir sur votre client cible pour pouvoir être le plus près possible de ce qui le touche lorsque vous préparerez votre lancement.

Cet article est un court extrait de notre guide « Créer un business qui cartonne en 15 jours« , que vous pouvez découvrir ici.

 

Connaître son sexe

Selon votre produit, il y a de fortes changes que le sexe de votre client clible ne soit pas le même. Alors bien sûr certaines produits et services sont mixtes, mais il est vrai que la plupart des offres sont avant tout destinées aux hommes ou aux femmes en particulier. Ici je ne vais pas vous dire de faire de cliché comme certains produits ménagers qui mettent dans leur pub uniquement des femmes, comme si on leur rappelait leur place à la cuisine et au ménage… J’ai tendance à être un peu agacé par les féministes radicales, mais j’avoue que je suis un peu gêné devant une pub de ce type alors qu’on sait qu’aujourd’hui il y a beaucoup d’hommes célibataires qui doivent assumer leurs tâches ménagères et qu’en couple, beaucoup d’hommes en font autant que leur femme.

N’allez donc pas dans les clichés, mais vous pouvez vous servir de cette connaissance pour certaines choses. Je prends un exemple : je sais que mon client type est plutôt un homme, du coup lorsque je parle de marketing et de choses comme « comment convaincre un client », je compare la chose à « comment séduire une femme », et si ma cible était une femme je comparerais la chose à « comment séduire un homme ». Parfois c’est aussi simple que ça. De même, je recrute pour mon agence web KaliPub des commerciaux, et les candidatures viennent surtout d’hommes. Du coup lorsque je présente l’activité de commercial sur mon site, j’utilise des phrases comme « imaginez passer plus de temps avec votre femme (ou votre homme) », mais j’utilise le sexe opposé en premier pour toucher un maximum de personnes dans ma cible.

 

Connaître son age

Une fois que vous connaissez le sexe de votre cible, vous allez maintenant chercher à connaître son age. En effet nous ne parlons pas de la même façon à un jeune garçon de 12 ans qu’à une dame d’une soixantaine d’année. Vous n’avez pas forcément besoin de connaître l’age exactement de vos clients, mais plus votre tranche d’age sera précise, plus vous pourrez communiquer précisemment. Beaucoup de choses seront différentes selon cette information, notamment votre champs lexical (est-ce que vous utiliserez plutôt un langage jeune par exemple). Bien entendu si votre client cible est un jeune d’une quinzaine d’année, ne vous mettez pas à parler comme un débile à utiliser toutes les expressions « tendances s’il y a deux ans », comme le font les médias quand ils « parlent en djeun’s »…

Vous devrez utiliser cette information avec tact, non seulement pour ne pas tomber dans un cliché ringard, mais aussi (comme pour toutes ces autres infos) pour ne pas abandonner vos autres clients. Car ne n’est pas parce que vos clients cibles sont des adolescentes de 14 ans, qu’un homme ou une femme trentenaire ne pourrait pas acheter vos produits. Regardez par exemple les vêtements et accessoires Hello Kitty il y a quelques années maintenant, qui étaient avant tout destiné selon moi à de jeunes ados de 10 à 12 ans. Combien d’accessoires avez-vous vu comme des coques de portables sur des smartphones de femmes de plus de 30 ans ? Moi plein ! Alors prenez cette information avec soin, mais ne ciblez pas trop, en tout cas n’excluez pas les autres potentiels acheteurs.

 

Connaître sa catégorie socio-professionnelle

Nous entrons maintenant dans une information difficile à savoir et à part un sondage sur votre site ou votre page Facebook, vous aurez du mal à le savoir. Quelle est la catégorie professionnelle de mes clients ? Nous nous sommes tous posé cette question à un moment ou à un autre. De mon côté c’est assez simple, une agence web avec des conseils sur l’entrepreunariat intéressera avant tout les chefs d’entreprises et les futurs créateurs d’entreprises. Mais dans certains domaines ce n’est pas si évident. Et bien que cette information soit un peu moins essentielle sur certains points que l’age ou le sexe de la cible, il n’en demeure pas moins importante. Je vous conseille donc de faire en sorte de le savoir lorsqu’un client vous achète un produit, ou lorsque des visiteurs viennent sur votre site.

En sachant la CSP (catégorie socio-professionnelle) de vos clients cibles, vous pourrez viser plus juste, mais là encore ne tombez pas dans le cliché : ne n’est pas parce qu’une personne gagne moins de mille euros par mois qu’il faut lui parler comme un ahurie, et ce n’est pas parce que quelqu’un a de grands diplômes qu’il faut le traiter comme un génie. Je connais des tas de personnes payées au SMIC qui sont bien plus intelligentes que la plupart des médecins que j’ai pu rencontrer. Pour tout vous dire j’ai même connu une personne qui ne savait pas lire et qui gagnait des fortunes avec son entreprise. Intelligent pour quelqu’un considéré comme stupide par beaucoup de gens non ?! Les choses sont souvent bien plus compliquées qu’elles n’en ont l’air.

 

Connaître ses centres d’intérêts

Les centres d’intérêts de vos clients cibles sont très importantes car vous allez pouvoir vous servir d’eux pour vendre vos produits. Alors avant tout pour connaître leurs passions comment vous devez procéder ? Soit en faisant ce fameux sondage sur votre site/blog ou sur vos réseaux sociaux, ou bien tenter de « deviner » leurs centres d’intérêts par rapport à leur catégorie socio-professionnelle. Faites attention quand même, toutes les personnes étant en profession libérale n’aiment pas les berlines et le golf ! Cette information pourra être utile dans bien des situations. Prenons un exemple : vous vendez un produit qui va permettre à vos clients de faire une centaine d’euros d’économie par mois. Si vous ne savez pas leurs centres d’intérêts, vous ne pourrez pas donner envie à vos clients.

Alors que si vous connaissez leur passion, par exemple les voyages, vous pourrez dire quelque chose comme « grâce à notre produit et aux économies que vous réaliserez, vous pourrez partir en vacances aux quatre coins de l’Europe ». Ici nous ne parlons pas directement d’argent puisque les 1200 euros d’économies annuelles seront évoqué dans les caractéristiques du produit, mais nous envisageons un projet concret et réalisable grâce aux économies (nous n’avons pas parler de tour du monde car le budget ne le permettrait pas). Soyez encore une fois prudent à ne pas tomber dans les stéreotypes. Si vos clients aiment le camping, ce n’est pas pour ça qu’il porte un bob et des tongs avec des chaussettes, donc n’allez pas (encore une fois) dans les clichés débiles.

 

Connaître sa zone géographique

Que vous soyez artisan pâtissier ou que vous fassiez de la création de savon, nous sommes bien d’accord, la zone géographique ne sera pas vraiment la même. Et, bien que maintenant Internet rende la plupart des métiers possibles à distance, certaines activités exigent votre présence physique. Un plombier ou une infirmière auraient du mal à travailler sans être chez/avec leur client/patient. Et puis il y a des réglementations par exemple, certains produits ou services peuvent être interdits dans certains pays (je vous déconseille de vendre des sextoys en Corée du Nord par exemple). Mais il y a aussi la barrière de la langue dans tous les métiers ou presque. En gros c’est à vous de déterminer votre zone géographique et de parler à ces personnes en particulier, ou en exclusivité.

Pour mes produits d’informations je cible des clients francophones, en effet le marché anglophone étant absolument saturé dans beaucoup de domaine, il n’est pas nécessaire que je fasse traduire mes infoproduits en anglais, mais pourquoi pas un jour dans d’autres langues ?! Quoi qu’il en soit pour le moment je me positionne uniquement sur le marché francophone, et étant donné que je ne veux pas restreindre mes produits au marché français, j’essaye quand je le peux de faire un petit clin d’œil à nos amis suisses, belges, québecquois, marocains etc. C’est donc à vous de fixer votre zone géographique et faire en sorte de référencer votre site en fonction de cela par exemple. De même, dans vos contenus vous devez faire en sorte que les lecteurs comprennent si vous vous adressez à eux ou pas.

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A